08:34h. Wednesday, 16 January 2019
Brèves et confidences du sphinx
BREVES ET CONFIDENCES DU SPHINX
Ami met le feu au Sheraton. La Polyclinique périnatale Mohamed VI à l’abandon. IBK- Boubèye : le désamour

BREVES ET CONFIDENCES DU SPHINX

Ami met le feu au Sheraton   La traditionnelle soirée de gala du Comité olympique et sportif du Mali dénommée « Nuit du mérite sportif » qui s’est tenue le week-end dernier à l’hôtel Sheraton, a été l’occasion pour la Première dame, Mme Kéïta Aminata...

Crise de leadership à la Céni : le magistrat Amadou Ba remis en selle par ses collègues de la cour suprême

Ceux qui décriaient le cumul exercé par le magistrat n’avaient pas tort car l’histoire vient de leur donner raison. En effet, étant président de la Céni et en même temps membre de la Cour suprême, Amadou a vient de mettre à contribution cette même Cour suprême pour retrouver son poste de président de la Céni d’où il avait été éjecté par les membres de ladite Céni, suite à une assemblée générale extraordinaire pour statuer sur la question. En effet, la Cour suprême que le sieur Amadou Ba avait saisie, vient donc de rendre un arrêt demandant de surseoir à cette décision de l’assemblée générale. Par conséquent, Amadou Ba et Dr Beffon Cissé reprennent leurs postes respectifs de président et de premier questeur de la Céni où ils étaient déjà remplacés respectivement par Me Issiaka Sanogo et Evariste Fousseini Camara. Même si on présume que la Cour suprême a dit le droit, au plan éthique cela ne passe pas, parce que c’est beau la famille !

 

Rebondissements cruciaux dans le dossier Norbert Zongo : frissons à Bamako

Le frère de l’ancien président Burkinabé va répondre e ses actes. En effet, la demande d’extradition de François Compaoré par la justice burkinabé a été acceptée par la France qui l’avait précédemment arrêté. La nouvelle a provoqué une grande joie à Ouagadougou où la lumière pourra désormais être faite sur le meurtre de Norbert Zongo, François Compaoré étant désigné comme le commanditaire de ce crime odieux pour éliminer le journaliste d’investigation qui dérangeait beaucoup les prédateurs de l’économie burkinabé.   Rappelons que l’assassinat du journaliste Norbert Zongo a eu lieu le 13 décembre 1998. Mais les meurtriers sont en train de se faire rattraper par leur acte. Ce qui donne des frisons aux meurtriers de Birama Touré qui savent qu’ils ont beau manœuvrer, ils seront rattrapés par l’histoire. Et signe prémonitoire, Birama Touré se surnommait Zongo ! François Compaoré 1

Saint Izac fait de la récup à Koulikoro

Saint Izac fait de la récup à Koulikoro

On annonçait Ag Erlaf à Koulikoro, le jeudi dernier, 15 novembre, pour inaugurer les réalisations du maire de la commune urbaine de ladite ville au cours de l’année 2018. Mais en lieu d’AG Erlaf, c’est Saint Izac, pardon Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale, qui se pointe. N’ayant certainement pas oublié la déculottée que le jeune maire Urd, Eli Diarra lui a flanqué lors des municipales dans cette localité qui est sa base politique, Saint Izac a voulu faire de la récupération en déclarant aux journalistes que si toutes ces réalisations ont pu avoir lieu, cela a été facilité par la réalisation de la route à deux voies reliant Bamako à Koulikoro. Question de chercher à tirer la couverture vers eux du Rpm. C’est honteux !

Gilets d’identification des journalistes ou camisoles de force ?

Les gilets remis aux journalistes, soi-disant pour bien les identifier et les protéger lors des manifestations comporte bien des dessous comme l’a prouvé la répression qui s’est abattue sur des reporters lors du rassemblement appelé par la Coalition Fsd/Cofop à la Bourse du travail. Il ne faut pas se leurrer : ces gilets, véritables camisoles de force poussent les journalistes à mieux se faire cibler pour détruire les images gênantes des forces de l’ordre qu’ils prennent lors des manifestations. Imaginez alors, Adama Dramé du journal « Le Sphinx » emmitouflé dans un de ces gilets pour aller en reportage, c’est du pain béni pour les prédateurs qui le guettent comme une proie !

Chez les policiers, c’est la grogne

Chez les policiers, c’est la grogne

Ces derniers temps, les policiers ne sont pas du tout contents de leur hiérarchie, suite à la mort du jeune sergent de police Saliou Traoré du GMS, âgé de 23 ans, envoyé avec des collègues du 6è arrondissement pour assister un huissier qui devait mener une opération de déguerpissement à Badianbougou. Pas bien armés et en effectif réduit, ils ont été molestés par la population en révolte et le jeune Saliou a succombé à ses blessures, sitôt transporté à l’hôpital. Pour les syndicalistes, « il a été envoyé à la boucherie et les responsables doivent répondre de leurs actes ». Ce fait qui intervient au moment où le conseil des ministres a rejeté le projet de loi devant améliorer les conditions des policiers, pour « complément d’informations » (sic), en rajoute à la grogne qui enfle désormais.

Le Président POUTINE aux responsables africains… «Ma Famille d’Abord» ?

Le Président POUTINE aux responsables africains… «Ma Famille d’Abord» ?

Le Président Russe Vladimir Poutine a fait une déclaration très poignante, courant semaine dernière, à l’attention des dirigeants africains. Certains ont vite fait de voir dans ses propos, le cas de « Ma Famille d’abord » : Constatez-le vous-mêmes :    

VLADIMIR POUTINE : «Quand un Africain devient riche, ses comptes bancaires sont en Suisse. Il se soigne en France. Il investit en Allemagne. Il achète à Dubaï. Il consomme chinois. Il prie à Rome ou à la Mecque. Ses enfants étudient en Europe. Ses tourismes s'effectuent au Canada, Usa, France. S'il meurt, il veut être enterré en Afrique, au pays natal. L'Afrique n'est qu'un cimetière pour l'Africain. Comment développer un cimetière ? ». 

La coïncidence voudrait que les pays cités par le Président Russe soient les plus prisés par ceux de «Ma Famille d’abord». 

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DU SYNTADE – UNTM 
Katilé persiste et signe : la date des 21 et 22 novembre maintenue. Mais…

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DU SYNTADE – UNTM 

Le secrétaire général sortant du Syndicat nationaldes travailleurs de l'administration d’Etat(SYNTADE)persiste et signe : la date du Congrès est fixée au 21 et 22 Novembre 2019. Une décision contestée par une forte tendance qui la juge unilatérale et en violation des textes. 

Aussi,les contestataires remettent en cause la qualité des délégués devant prendre part auxdites assises parce que présumés proches du secrétaire général sortant. 

Autres griefs : la non-tenue du Conseil National, la fixation de la date du congrès sans réunion préalable, l’Iniquité dans la répartition de délégués... Les protestataires ont, par écrit signifier leur désaccord par rapport à la date dudit congrès pour les motifs évoqués plus haut. 

Mais en début de semaine dernière et à la faveur d’une énième réunion, les différents protagonistes sont parvenus à un début consensus : d’accord pour les 21 et 22 Novembre ! Mais le secrétaire général sortant (Katilé) doit au préalable clarifier la situation des délégués et faire respecter tous les critères électoraux. 

Il nous revient qu’un redoutable concurrent est à l’affût… Là résiderait toute la crainte de Monsieur Katilé. Nous y reviendrons !  

Rentrée judiciaire 2018-2019 : Les syndicalistes mettent leur menace à exécution et réclament toujours la tête de Tapily

Rentrée judiciaire 2018-2019 : Les syndicalistes mettent leur menace à exécution et réclament toujours la tête de Tapily

Pas l’ombre d’un membre de bureau syndical (SAM et SYLIMA) lors de la rentrée judiciaire 2018 -2019, hier jeudi !  Une absence qui fait suite à la promesse de boycott de toute activité à laquelle sera présent et/ou que présidera le sieur Tapily, Président de la Cour suprême. Ce dernier est, par les syndicalistes, accusé d’acte de traitrise (forfaiture) à la suite du bras de fer des 100 jours avec le Gouvernement. Ils réclament sa démission pure et simple. En attendant, ils ont promis de le fuir comme la peste. D’où leur absence à la cérémonie de la rentrée judiciaire hier jeudi. 

Karim Keïta trouve refuge en commune II entre les quartiers Missira et Médina-Coura
En prévision des prochaines législatives ou par respect pour la mémoire de feu Attaher Maïga ?

Karim Keïta trouve refuge en commune II entre les quartiers Missira et Médina-Coura

Puisqu’il lui a été reproché de n’être habitant permanent de la Commune II au moment de son élection en 2013, le député sortant de ladite circonscription et fils de son père a décidé de crécher en commune II, entre les quartiers Médina-Coura et Missira sur la Rue 16...
Heureux les simples d’esprit !

Présumé kidnapping d’Adama Dramé (DIRPUB – «Le Sphinx») en France

L’idiot, dit-on, voit le monde autour de lui sous son propre prisme et ne peut aller au-delà de ses préjugés ! Depuis maintenant quelques jours, des rumeurs savamment distillées sur les réseaux sociaux font état du kidnapping d’Adama Dramé par des inconnus en France. Il s’agit visiblement pour les auteurs de ces vraies fausses informations d’en savoir un peu plus sur la situation de notre DIRPUB à l’heure actuelle. Une éventuelle réaction les y aidera. Trop facile !

Mais en parlant de la France, ces tarés veulent faire croire à d’autres abrutis de la même espèce que ce pays est à l’image du Mali où le premier dictateur de passage et/ou ses sbires peuvent commettre impunément des actes de barbarie et autres violations des droits humains. Heureux les simples d’esprit ! Dans ces pays civilisés et rattachés aux valeurs républicaines et démocratiques, les choses ne se passent pas ainsi ! L’idiot du village ne l’ignore pas ! Seulement il compte trouver des personnes pour le croire. 

Et pour ce qui est de la présence ou non d’Adama Dramé en France, au Mali ou sur la lune, il peut consulter les jeteurs de cauris pour savoir.