09:53h. Wednesday, 16 January 2019

ENSEIGNEMENT DE LA TOLÉRANCE DE L’HOMOSEXUALITÉ A NOS ENFANTS Mahmoud Dicko invite les musulmans à un grand rassemblement le 13 ou le 23 janvier.

PHOTO-2018-12-28-16-39-59
PHOTO-2018-12-28-16-39-59

Mahmoud Dicko invite les musulmans à un grand rassemblement le 13 ou le 23 janvier. 

 

 

Il a été le premier à sonner le tocsin en alertant l’opinion publique malienne sur les préparatifs, à Ségou, de documents didactiques enseignant à nos enfants la tolérance sur les déviations sexuelles telles que l’homosexualité et avait appelé à un grand meeting au Palais de la culture, Amadou Hampaté Bâ. Un meeting que le gouvernement a tenté de saboter avec la complicité de la quasi-totalité des membres du Bureau du Haut Conseil islamique. Mal lui en a pris, car ce sont des centaines de milliers de musulmans, toutes obédiences confondues, qui ont convergé vers Badalabougou, ce jour-là, pour répondre à l’appel de l’imam Mahmoud Dicko. Lequel, après avoir réitéré ses propos, a demandé à l’assistance de se disperser calmement et à rentrer chez elle, non sans avoir convié, à préalable, les musulmans à un grand rassemblement le 13 janvier 2019 au cours duquel, ils vont obliger le gouvernement à retirer purement et simplement « son satanique projet » (sic). Comme l’ex-président de la République Amadou Toumani Touré l’avait fait dans une déclaration solennelle, au cours de laquelle, il informa ses concitoyens, du retrait du projet de loi sur le code de la Famille et de son son renvoi, à l’Assemblée nationale, pour une seconde lecture. 

Mahmoud Dicko a fait savoir qu’en cas de force majeur, le rassemblement du 13 janvier sera reporté au 23 du même mois. D’autres actions d’envergure seront menées jusqu’à l’abandon pur et simple du projet dont l’exécution a débuté depuis le mois de mai dernier.

Le meeting convoqué par l’Imam Dicko et qui s’est tenu, malgré toutes les chausse-trapes concoctées par le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga et son ministre chargé du Culte, Thierno Hass Diallo, au Palais de la Culture, aura permis de savoir à quel niveau certains dirigeants qui prétendent parler au nom de l’islam sont prêts à aller pour défendre leurs intérêts sordides. Pour de l’argent ou autres avantages, ils n’hésitent pas à s’accoquiner avec le pouvoir en place, qui, à coups de millions, est parvenu à acheter la conscience de plusieurs d’entre eux, et pas des moindres.

Le grand meeting du 13 janvier -ou du 23 janvier- où est attendu, selon des sources dignes, le Chérif de Nioro, Bouyé Haïdara, risque d’être le rassemblement de tous les dangers. Le Premier ministre qui commence à bander les muscles, à travers ses tweets, commettra une grossière erreur, en essayant de convaincre le président de la République, à interdire l’événement. Les soldats de la foi, à travers certaines déclarations, disent à qui veut l’entendre, qu’ils sont prêts à mourir pour défendre leur religion et l’intégrité morale de leurs enfants à qui on veut apprendre certaines mœurs qui sont pas les leurs.

Jamais notre pays n’aura atteint un tel niveau de déliquescence morale, sociale, et intellectuelle. IBK et ses ouailles sont parvenus à prostituer une frange importante de la population malienne, en les opposant les uns aux autres. Des communautés qui ont vécu des millions d’années ensemble sont en train de se massacrer, causant des centaines de morts et des milliers d’exilés dans leur propre pays, sans aucune condamnation de la part des autorités qui sont, en réalité, les vrais responsables de telle situation. Une partie même de l’armée est soupçonnée d’avoir participé à ces massacres. Une enquête, selon les mêmes autorités seraient en cours. Espérons qu’elle aboutira. 

Pauvres Maliens.

 

Adama Dramé